fra

La prise de décision : Qui devrait être impliqué ?

Les décisions efficaces exigent une réflexion claire sur l'information, l'engagement et les conflits potentiels. Cela signifie qu'une réflexion claire exige de déterminer avec soin qui doit participer à la prise de décision. L'implication des bonnes personnes peut faire la différence entre une décision qui fait avancer les objectifs de l'organisation et une décision qui entraîne ambiguïté et incohérence. Ces cinq questions peuvent aider à déterminer si, et quand, d'autres personnes doivent être impliquées dans la prise de décisions clés.

Quelle est l'importance de la décision ?

Dans certains scénarios de prise de décision, tous les mauvais choix ont été éliminés, ou le fait de faire un choix moins que parfait aura un impact minimal. S'il n'y a pas de mauvaises alternatives, la personne impliquée dans la collecte d'informations n'a pas vraiment d'importance. Mais dans certains scénarios, les alternatives disponibles sont inconnues ou les résultats possibles des choix disponibles sont inconnus. Lorsque les alternatives sont inconnues ou que les résultats sont incertains, il est essentiel de reconnaître le besoin d'information.

Que savons-nous de la décision ?

Dans certains cas, les décisions nécessitent une analyse des informations existantes. Il se peut aussi que nous sachions exactement quelles informations manquent et comment les obtenir. Dans d'autres situations, nous ne savons même pas quoi demander : nous ne savons pas ce que nous ne savons pas. Lorsque c'est le cas, reconnaissez votre ignorance, ralentissez et faites appel à des experts en la matière pour recueillir des informations sur la décision.

De quel soutien avons-nous besoin ?

Parfois, l'engagement des autres pour le succès de la décision est inutile ou acquis. D'autres fois, nous avons besoin d'un soutien actif. Lorsque l'engagement est nécessaire, le décideur doit impliquer ceux dont la contribution active est nécessaire pour garantir un résultat positif.

Les objectifs des gens sont-ils bien alignés ?

Lorsque l'engagement de personnes animées par des objectifs et des motivations différents est nécessaire, le décideur doit établir un consensus à la fois sur le besoin auquel la décision doit répondre et sur les limites des alternatives à envisager.

Quel est le degré de conflit lié à la décision ?

Si les participants à la discussion ont des sentiments forts à l'égard des solutions privilégiées, le décideur doit donner aux différentes parties la possibilité de partager la façon dont elles sont arrivées à leurs conclusions et les informations qu'elles ont utilisées pour arriver à leur position. Si le groupe s'accorde sur le besoin auquel répond la décision et sur la mesure dans laquelle chaque solution répond à ce besoin, il peut évaluer les mérites relatifs de chaque solution par rapport à cette norme, plutôt que d'argumenter sur les avantages et les inconvénients de chaque solution privilégiée.

Le manque de temps peut être une contrainte importante, mais il ne change rien à notre manque d'information, ni au besoin d'alignement, d'engagement ou de résolution des conflits. Prendre le temps de se mettre d'accord sur le besoin auquel répond la décision et établir des mesures pour évaluer les alternatives permettra en fin de compte de rationaliser le processus de prise de décision et de réduire le temps total nécessaire pour parvenir à une conclusion positive.

Lorsque le temps n'est pas une contrainte importante, les dirigeants efficaces peuvent utiliser la décision comme une opportunité de développement des compétences. Si le temps est disponible, la participation au processus décisionnel des membres de l'équipe qui ne sont pas encore des décideurs efficaces leur permet d'acquérir des compétences et de l'expérience. Agir de manière proactive peut s'avérer payant lorsque le temps est limité et qu'une décision efficace exige la participation des autres.

Impliquer d'autres personnes dans le processus de décision peut être un défi et prendre du temps. Pourtant, l'alternative peut être bien pire. La recherche a montré que les décideurs qui suivent ces directives d'implication ont un taux de réussite de 80% - personne n'est parfait. En revanche, les décideurs qui ne suivent pas ces lignes directrices peuvent s'attendre à ne réussir que 32% du temps, ce qui est loin d'être parfait.

À voir aussi

Image du blog 1
Qui utilise la résolution de problèmes et pourquoi vous devriez le faire aussi ?
Image du blog 1
La prise de décision : le biais humain, l'inévitable irrationalité...

Nous contacter

Pour tout renseignement, information complémentaire ou un devis !