Network Rail utilise l'analyse des problèmes d'AC
Auditer les constatations de cause réelle et les actions correctives d'un fournisseur

Client

Network Rail possède et exploite l'infrastructure ferroviaire du Royaume-Uni. Chaque année, l'entreprise achète plusieurs kilomètres de câbles pour un montant d'environ 17 millions de livres sterling.

Défi

Lorsque les nouveaux câbles présentaient de mauvaises valeurs de résistance d'isolement lors du test final d'installation, il fallait remplacer jusqu'à 1 000 mètres de câbles en plusieurs endroits. Certains projets ont dû payer pour les câbles de remplacement, doublant ainsi les coûts - d'autres ont retardé l'installation, faisant glisser les délais du projet. Le distributeur de câbles a dû tester les câbles sur place avant que Network Rail n'autorise leur utilisation. Le problème de qualité se traduisait par de mauvaises lectures, une déformation de la gaine extérieure du câble ou une déformation du conducteur intérieur.
Réponse : Le fournisseur de câbles a effectué une analyse des causes profondes pour identifier la cause des défauts et a pris des mesures pour résoudre les problèmes de qualité. Network Rail a utilisé l'analyse des problèmes d'AC pour vérifier et confirmer que la véritable cause des défauts les plus graves avait été identifiée et qu'il y avait été remédié de façon appropriée. Deux conclusions sont décrites ici :

Défaut 1 : Mauvais alignement du câble ? Seulement si... Un câble C2 à deux fils présentait un amincissement au niveau de l'un des conducteurs (figure 1). Le processus d'AC a confirmé l'analyse du fabricant selon laquelle le processus de vulcanisation de l'isolation du câble n'était pas en cause et que l'isolation du câble était conforme aux spécifications. La cause du défaut, selon l'analyse des causes profondes du fabricant, était le désalignement d'une âme à la toronneuse. Pour éviter que cela ne se reproduise, une barre de retenue a été installée à l'endroit où le noyau entre dans la toronneuse. L'analyse des causes profondes de Kepner-Tregoe a confirmé qu'il s'agissait de la cause la plus probable, mais seulement pour une petite longueur de câble, inférieure à 200 m. Si le défaut s'était produit sur toute la longueur du câble, il n'aurait pas été possible de le corriger. Si le défaut se produisait sur toute la longueur d'un tambour de câble, la chaleur créée par le désalignement briserait l'âme et il faudrait trouver une autre cause. Une visite sur place a confirmé que le câble défectueux ne faisait que 120 m de long, ce qui confirme la cause du désalignement.

Figure 1

Défaut 2 : Penser au-delà de la réparation... Le défaut potentiellement le plus grave était l'isolation rugueuse de l'âme du câble (figure 2). L'âme interne était visible à travers l'isolation de l'âme à certains endroits de la longueur du câble défectueux. Grâce à l'analyse de l'AC, Network Rail a confirmé la conclusion du fabricant selon laquelle l'isolation du câble n'était pas vulcanisée correctement en raison de la défaillance d'un capteur de pression. Lorsqu'il était toronné, l'isolant mal vulcanisé prenait la forme des âmes contre lesquelles il était posé. Bien que la vulcanisation incorrecte ait été détectée à l'usine, la gestion interne de la qualité n'a pas permis d'isoler le câble défectueux. Pour éviter tout problème futur, le fabricant a mis en place une nouvelle surveillance de la production et un processus d'identification robuste afin que les câbles défectueux ne puissent pas être utilisés.

Figure 2